Colloque 2012

Le 01/12 et 02/12
Université de Paris
Campus St Germain des Prés
45, rue des Saints-Pères
75006 PARIS
Thème du Colloque

Ruptures...

Argument

Imposées, nécessaires ou volontaires… les ruptures inévitablement sillonnent l’existence.

Elles ne sont pas toutes de même nature. Le destin biologique en conditionne certaines : la procréation, la naissance, la puberté, le milieu de la vie, le vieillissement, constituent autant de passages susceptibles de générer des crises.

D’autres ruptures sont induites par des causes extérieures : l’adversité, la maladie, l’histoire, les accidents, les conflits…

Les expériences de ruptures inspirent aussi la littérature. Dans la dramaturgie, quel meilleur ressort qu’une rupture pour donner corps à un personnage ?

Les chercheurs en sciences humaines détiennent avec ce sujet un vaste champ d’investigation pour élaborer des concepts propres à penser les expériences de ruptures.

Que l’on soit à l’initiative de la rupture, ou qu’on en soit la victime, il y aura toujours une perte, un renoncement à faire de ce qui existait « avant l’événement ».

Accepter la discontinuité de l’histoire qu’on aurait souhaité linéaire.
Rassembler ses potentialités de changement et ainsi se désengager…
Le processus qui mène du choc à l’acceptation et à la résilience peut être long et complexe.

Les ruptures imposent une confrontation avec la violence et de quelque nature qu’elles soient, elles infligent un traumatisme. Les blessures conséquentes à la déliaison brutale, entraînent après-coup de nécessaires modifications psychiques et chacune doit trouver son mode de résolution et sa signification pour la psyché du sujet singulier.

L’émergence d’un nouveau sens sera l’artisan de leur dégagement.
Les ruptures dans leurs dimensions théoriques et cliniques, seront au cours de ces journées, pensées par des sociologues, historiens, des philosophes et des psychanalystes, médecins, écrivains, chercheurs.

Retour en haut