Colloque 2010

Thème du prochain Colloque

L'irrésistible course du temps...

Argument

Le temps qui passe, le temps qu’on perd, le temps qu’on oublie, l’accélération du temps, le retard qu’on prend, nous affolent et alors que les technologies nous font gagner du temps, nous en manquons.

La vie nous échappe et nous avons le sentiment de courir après quelque chose d’inaccessible.

Mais pour autant, chacun de nous en a une représentation intime et quelles que soient nos façons de mesurer le temps, il ne cesse de s’écouler. Et si nous aspirons à un temps qui se hâte, lorsqu’il est chargé d’épreuves, nous avons tous souhaité qu’il ralentisse, qu’il s’arrête tout simplement, lorsque nous sommes
dans l’espoir.

Certains moments passent trop vite alors que d’autres sont si longs, nous tentons de les contrôler, de les suspendre, de les accélérer…, de les tordre selon nos fantasmes. Avance, retard, attente, répétition,
remémoration…

Il y a cependant un a-temporel, celui de l’inconscient.

La psychanalyse nous fait approcher une temporalité autre qui est l’inverse de nos conceptions, il y règne un temps non mesurable, le passé prend une forme nouvelle où le sujet y puise une force qui le propulse vers l’avenir.

Temps perdu, temps dépassé, temps gelé, temps du corps, temps du désir, dont parleront les écrivains, historiens, médecins, philosophes, psychanalystes, physiciens, sociologues, réunis dans ce colloque.

Retour en haut