Colloque 2016

A-t-elle jamais existé « cette touchante confiance où l’on était sûr de pouvoir entourer sa vie de palissades sans la moindre brèche par où le destin eût pu faire irruption … » ? dit Stefan Zweig

Sur la lune, il existe un désert volcanique au bien joli nom :
« La mer de la tranquillité ». Une « mer » immobile, sans tempêtes, sans reflux, sans courants. C’est là qu’Apollo 11 s’est posée en 1969, là que l’humanité, défiant le danger et les lois de l’apesanteur, a pour la première fois foulé le sol lunaire. Car les hommes sont ainsi. Aspirant de toutes leurs forces à la « tranquillité », cet état paisible, sans ressac, sans angoisses. Et en même temps intranquilles par nature, par destin, par volonté poursuivant perpétuellement d’autres buts et d’autres conquêtes, guettés par de nouveaux dangers, en provoquant certains.

Notre simple condition de mortels et notre conscience de l’être, font de nous des êtres intranquilles.
Nos corps fragiles, nos facultés limitées, l’agitation de nos états d’âme, — ruptures affectives, désirs irréalisés, pertes — , nous empêchent de goûter longtemps à cette paix idéale.

Notre monde plus complexe, de plus en plus mouvant, qui nous soumet aux logiques d’augmentation, de compétition et d’accélération sociale, les guerres qui obligent des peuples entiers à se déraciner, la menace terroriste enfin qui pèse indifféremment sur chacun de nous, font de nos sociétés des communautés humaines plus que jamais vulnérables et inquiètes.
Tout, dans nos vies, peut basculer si vite, renversé parfois par les forces mêmes que nous avons soulevées : les ressources épuisables de la terre si fertile, le dérèglement climatique, les crises financières, les scandales sanitaires, attaquent aujourd’hui notre système de valeurs, de croyance et notre capacité de résilience. Et si elle a jamais existé, « cette touchante confiance où l’on était sûr de pouvoir entourer sa vie de palissades sans la moindre brèche par où le destin eût pu faire irruption … », cette confiance là nous semble désormais inaccessible.

Pourtant de nombreux signaux devraient nous donner espoir : les révolutions médicales repoussent les limites du vieillissement, de l’infertilité, de la mort. Le saisissant essor du numérique et des technologies remanient nos existences, autant de promesses de guérison, de protection, de sécurité.
Mais ces paris, ces projets qui pour certains nous paraissent aussi déraisonnables que le fut, jadis, l’idée d’alunir un jour, nécessitent tous une mise en danger, une marche à découvert, une foi dans le futur.

Que nous offrent la médecine, la philosophie, la littérature, la biologie, l’histoire, l’économie pour penser « l’Intranquillité » ? Faut-il comme le propose la psychanalyse, abandonner l’esprit de « fausse » tranquillité, délaisser cette chimère pour oser un risque nécessaire ?

Orientations thématiques

Le Lieu

Centre Universitaire des Saints Pères

Université Paris V René Descartes

45 Rue des Saints Pères
75006 Paris

Renseignements : info@gypsy-colloque.com
Tel : 05 55 26 18 87

davidColloque 2016